LA NUIT DU CHIEN

Génie bienfaisant sorti de nulle part, il était là pour me barrer le chemin. Le chemin des bas-fonds pour y vomir mon âme, me défoncer jusqu'à la nausée dans cette ville du nord où après 19h on ne voit plus personne dans les rues.
Mes paradis artificiels, mes vieux démons me taraudaient, depuis cette semaine où j'avais du me faire oublier. Problèmes, soucis, emmerdes, galères ... bref des problèmes à la con, comme le sont toujours les problèmes. Mais cette fois ils étaient vraiment très très gros !
Je le regardais, il grondait gentiment ! un Epagneul Breton, ce nom m'avait toujours fait marrer ! je pensais "Espagnol Breton", ok, c'était un peu - comment dire - tiré par les cheveux. Mais bon ! dans l'état ou j'étais cette nuit de novembre, je n'avais pas la possibilité de me juger, et surtout pas remettre en question mes mauvaises vannes.
De galère en galère, j'ai fini ma nuit, l'aube pisseuse a dilué mes angoisses, un jour nouveau est arrivé.

Et après ?

Où tout commence

Refuge de nuit

Personne au fil

Soleil de nuit

Vers la mer

Comme un oiseau

Pour une dose

Se souvenir

Le banc des paumés

La bouche du diable

En finir

Gardien de mes nuits

L'aube encore


© DANIEL KERMANN